Vapoter , « vapoter » , un nouvel avatar pour le fumeur !

Certainement un progrès pour tenter de rompre avec cette addiction tabagique très nocive pour la santé du fumeur et pour ses voisins.

Le procès du tabagisme, en effet, n’est plus à faire mais les moyens réels efficaces pour la désintoxication restent à trouver.

La cigarettes électronique a très vite trouvé ses adeptes, qui se comptent désormais à plus d’un million en France. Le nombre a donc doublé en 18 mois! Les bonnes résolutions de début d’année ne suffisent pas à expliquer le phénomène!

La cigarette électronique est un vrai pas en avant et les autorités de santé semblent en approuver la pratique.
Reste la règlementation qui est toujours en retard sur la réalité.

Aujourd’hui (fin janvier 2014) le flou demeure et, souvent, l’interdiction de « vapoter » sur les lieux de travail est corrélée à celle de fumer.

Il faut dire qu’en parallèle, la consommation de tabac a été réduite, et les rentrées fiscales liées au tabac rabotées de quelques centaines de millions d’euros en année pleine.

Vapoter serait à priori bon pour notre santé, en tout cas pour les fumeurs mais pas forcément pour les non fumeurs (qui risquent de prendre goût à la nicotine ou au geste) et encore moins pour la santé de nos finances publiques.

Il est fort à parier, qu’une taxe sur les cigarettes électroniques pourrait bientôt voir le jour ….

S’il est encore interdit de vapoter au travail (il existe quand même une grande tolérance), en revanche, il n’en est pas de même dans les chambres d’hôtels.
Vapoter, en effet, ne laisse pas les mêmes « traces » que la fumée de cigarette. Cela n’imprègne pas la literie ou les rideaux car le nombre de composants de cette émanation est réduit de plus de 100 fois par rapport à la cigarette.

Les chambres que vous propose Pozin sur son site, même si elles sont majoritairement « non fumeurs », seront donc le plus souvent utilisables pour les vapoteurs.

Cependant nous vous demandons d’avoir la courtoisie d’en parler au responsable de l’hôtel.
Vapoter peut donc naturellement être complice de vos pauses.
Un distributeur l’a bien compris en se nommant « pause clope » !

Vous avez aimé ? Partager cet article: